La santé buccodentaire est une préoccupation qui suscite beaucoup d’intérêt chez les jeunes comme les moins jeunes. Les études scientifiques et les remèdes maison se côtoient souvent : comment faire pour s’y retrouver?

Du blanchiment des dents jusqu’au vapotage, vous pourrez démasquer les croyances populaires tout en vous informant sur les tendances actuelles dans cette section. Si vous souhaitez obtenir davantage d’information sur l’une des tendances abordées, contactez votre hygiéniste dentaire.

Tendances

Cannabis

Cannabis

Mythe : La consommation de cannabis est moins nocive pour la santé buccodentaire que la cigarette.

Selon un sondage de Statistique Canada réalisé à la suite de la légalisation du cannabis, le 15 octobre 2018, la consommation de cette substance est deux à trois fois plus élevée (33 %) chez les adolescents et les jeunes adultes que le reste de la population. Pourtant, saviez-vous qu’un joint contient quatre à six fois plus de composés toxiques qu’une cigarette et qu’il peut nuire à la santé buccodentaire?

D’abord, le cannabis peut modifier l’efficacité des médicaments prescrits ou utilisés pour le traitement ou le maintien d’une bonne santé buccale. Aussi, le cerveau détecte fréquemment les cannabinoïdes (molécules contenues dans le cannabis) lors de la consommation comme étant le signal « à table! ». Ingérer des collations ou des boissons acides et sucrées tout en oubliant de se brosser les dents augmente considérablement les risques de caries, maladies des gencives et infections buccales.

Des soins buccodentaires altérés

Recevoir des traitements ou des soins buccodentaires sous l’influence du cannabis peut occasionner ou accentuer les effets secondaires. Pour éviter toute complication et assurer la sécurité du patient, un rendez-vous peut être reporté pour les raisons suivantes :

  • Le rythme cardiaque et l’anxiété sont accrus à la suite de la consommation de cannabis. Ces symptômes persistent et peuvent même s’aggraver en raison de l’anesthésie reçue lors des traitements.
  • Le cannabis affecte le jugement et diminue donc la capacité à prendre une décision concernant les traitements à recevoir.
  • Le saignement des gencives est souvent plus important à la suite d’une consommation de cannabis, ce qui complique les soins et peut affecter la guérison.

Informez-vous auprès de votre hygiéniste dentaire à propos des effets du cannabis sur votre santé buccodentaire.

Blanchiment
des dents

Blanchiment dentaire

Mythe : Un sourire éclatant, à la suite d’un blanchiment dentaire, est synonyme d’une bouche en santé.

 

Les sourires éclatants que promettent les traitements de blanchiment des dents sont certes attrayants, mais saviez-vous que certaines méthodes peuvent causer des dommages aux dents et aux tissus mous de la bouche?

La couleur des dents

D’abord, il faut savoir que la couleur initiale et la réponse de l’émail influencent le résultat du blanchiment et varient pour chaque personne. Ces facteurs présentent donc une limite au blanchiment, et ce peu importe le moyen utilisé. Certains individus ont une coloration plus jaunâtre naturellement, ce qui n’est pas forcément synonyme d’une mauvaise santé buccodentaire.

Les méthodes de blanchiment

De nombreux produits sont disponibles en ligne ou en pharmacie, en plus des traitements offerts par des professionnels en cabinet. Comment démêler cette information et trouver la solution qui convient à sa condition buccodentaire? Voici un petit guide pratique.

  • Les produits disponibles sur les médias sociaux ou internet : ceux-ci produisent des résultats variables et limités, sont rarement prouvés comme étant efficaces et sécuritaires et sont possiblement dommageables pour la santé buccodentaire. En effet, les dommages aux dents et aux tissus mous ainsi que l’irritation de la gorge peuvent être causés par le mauvais contrôle de la concentration du produit.
  • Les produits vendus en pharmacie : ces produits sont moins risqués que ceux que l’on retrouve en ligne, mais ils procurent des résultats en surface et à court terme.
  • Le blanchiment à la chaise en cabinet dentaire : cette méthode effectuée par un professionnel procure un résultat rapide…et sécuritaire! Cependant, cette technique n’améliore pas votre santé buccale, mais vous donne un sourire plus éclatant si vous êtes un bon candidat au blanchiment.

Au Canada, les produits de blanchiment sont considérés comme des produits cosmétiques pour modifier l’apparence de votre sourire. Renseignez-vous sur le traitement adapté à vos besoins en consultant votre hygiéniste dentaire ainsi que sur les conditions nécessaires pour en faire l’usage.

Rincage de la
bouche à l'huile
végétale

Rinçage de la bouche à l’huile végétale

Mythe : Cette solution de remplacement naturelle au rince-bouche a de nombreux bénéfices pour la santé buccodentaire.

Plus connue sous le nom de Oil Pulling, cette méthode qui consiste à se rincer la bouche avec de l’huile végétale s’est répandue depuis 2014 en Amérique du Nord.

Le principe est simple : plutôt que d’utiliser un rince-bouche traditionnel, on se gargarise durant 20 minutes avec une huile végétale, tous les jours. Les huiles naturelles préconisées par cette tendance populaire sont celles de coco, d’olive extra-vierge, de sésame ou de tournesol.

Des vertus non prouvées

Inspiré de la médecine traditionnelle indienne, ce traitement stipule de nombreux bienfaits pour la santé de la bouche comme la prévention des caries, l’amélioration de la santé buccodentaire, une meilleure haleine ou encore, l’élimination des toxines. Mieux vaut démystifier le tout rapidement : aucun argument scientifique ne soutient ces énoncés.

Dans le meilleur des cas, ce nettoyage à l’huile pourrait vous procurer la perception d’avoir une haleine plus fraîche. C’est toutefois le traditionnel rince-bouche vendu en pharmacie qui serait le plus efficace en la matière, selon des études comparatives avec les solutions naturelles.

Outre le goût marqué de l’huile dans la bouche pendant 20 minutes, le rinçage de la bouche à l’huile n’a aucun effet néfaste sur la santé buccodentaire.

Perçage buccal

Perçage buccal

Mythe : Les piercings buccaux personnalisent le style et sont sans effets indésirables sur la santé buccodentaire.

 

Un simple perçage buccal peut être néfaste pour la santé buccodentaire. Outre les dents qui peuvent être usées ou fêlées par le frottement du bijou, le perçage buccal peut provoquer des infections, des réactions allergiques et des chocs toxiques, sans aborder les saignements, la perte de goût et de sensibilité.

Qu’il soit sur la joue, les lèvres ou la langue, un perçage qui entre en contact avec une partie de la bouche présente un risque pour la santé buccodentaire. D’ailleurs, saviez-vous qu’un perçage buccal est plus risqué qu’ailleurs sur le corps? Étant plus sensible et humide que d’autres régions corporelles accueillant des piercings, la bouche est plus propice à former des bactéries malveillantes que le nez ou le nombril par exemple.

Des dommages physiques

À la suite d’un perçage dans la région de la bouche, une personne peut subir de l’enflement, des saignements, des gonflements et une augmentation de la salive. Ces symptômes peuvent causer de la douleur, mais aussi des difficultés à respirer, avaler ou même parler.

Bien qu’ils ne représentent aucune douleur, d’autres désagréments peuvent être ressentis par la personne qui possède un piercing tels que la perte de goût et de sensibilité aux aliments chauds ou épicés. Les dents sont également plus enclines à se briser et s’user au contact du bijou.
Pour en savoir plus sur les effets de cet acte, renseignez-vous auprès de votre hygiéniste dentaire.

Vapotage

Vapotage

Mythe : Contrairement à la cigarette, l’usage de la cigarette électronique est moins nocif pour la santé buccodentaire.

Alternatives au tabac, les cigarettes électroniques, ou vapoteuses peuvent tout de même contenir d’autres produits dommageables pour la santé buccodentaire. En effet, celles-ci renferment des composés cancérigènes, des métaux lourds et de la nicotine. Le saviez-vous?

Une fumée toxique

La fumée des vapoteuses est toxique pour les cellules de la bouche, notamment celles qui servent de barrière contre les bactéries buccales. Chez les personnes non-fumeuses, environ 2 % de ces cellules sont mourantes, alors que le pourcentage augmente à 18 % après une seule utilisation de la vapoteuse. Après trois jours d’utilisation, à raison de 15 minutes par jour, cette proportion grimpe à 53 %!

Sans cette barrière, les risques d’infection, de prolifération de champignons, d’inflammation et de maladies buccales sont plus élevés, de même que la possibilité de développer un cancer de la bouche.
Ce produit relativement nouveau est en pleine expansion au Canada notamment parce qu’on la perçoit moins dommageable pour la santé. Pourtant, l’absence de tabac n’est pas un gage d’une bonne santé buccodentaire. Informez-vous auprès de votre hygiéniste dentaire.

×Fermer